Je suis le régime sans gluten pour la maladie cœliaque depuis 7 mois maintenant. J’ai été fasciné par la question suivante : « Qu’est-ce qui fait qu’un aliment est sans gluten ? ». Depuis le 5 août 2014, les aliments étiquetés  » sans gluten  » doivent être conformes aux règlements suivants de la FDA :

  • l’aliment est soit intrinsèquement sans gluten ou
  • ne contient pas d’ingrédient qui est :
    • une céréale contenant du gluten (ex, blé épeautre) ou
    • dérivé d’une céréale contenant du gluten qui n’a pas été traitée pour éliminer le gluten (par exemple, la farine de blé) ou
    • dérivé d’une céréale contenant du gluten qui a été traitée pour éliminer le gluten (par exemple, amidon de blé), si l’utilisation de cet ingrédient entraîne la présence de 20 parties par million (ppm) ou plus de gluten dans l’aliment.
    • De plus, toute présence inévitable de gluten dans l’aliment doit être inférieure à 20 ppm.

Gluten Free Watchdog fait un excellent travail en testant les produits alimentaires sur le marché pour s’assurer qu’ils sont conformes aux règlements de la FDA. Certains aliments sont testés à moins de 5ppm, tandis que d’autres dépassent la limite de 20ppm.

J’ai continué à y penser… à quoi ressemble 20ppm en termes pratiques ? J’ai trouvé d’excellents exemples :

  • Un penny dans 10 000 $
  • Une minute dans deux ans
  • Une pièce de dix cents dans une pile de pennies d’un kilomètre de haut
  • Une tranche de pain coupée en un million de morceaux. (Vous pouvez en avoir 20 !)

Lorsque vous imaginez à quel point 20ppm est minuscule, il est plus facile de voir comment « tricher » sur le régime sans gluten entraîne des changements intestinaux et des symptômes digestifs inconfortables. Et la contamination croisée est un véritable problème, tant à la maison qu’au restaurant. Les miettes font vraiment la différence.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.