Verses 17-27

La complainte de David sur Saül et Jonathan1:17-27

Les spécialistes de la complainte de David sur la mort de Saül et Jonathan l’ont appelée le Chant de l’Arc (cf. 2 Samuel 1:22). Les lamentations sur la mort d’individus ne sont pas rares dans l’Ancien Testament (cf. 1 Rois 13:30 ; Jérémie 22:18 ; Jérémie 34:5 ; Ezéchiel 28:12-19 ; Ezéchiel 32:2-15). Les seules autres lamentations de David sur la mort d’un individu que l’on trouve dans les Écritures concernent Abner, le commandant en chef de Saül (2 Samuel 3:33-34), et Absalom, le fils de David (2 Samuel 18:33). Beaucoup de gens en Judée ont appris et chanté la complainte de David sur la mort de Saül et de Jonathan (2 Samuel 1:18). Le livre de Jasher ( 2 Samuel 1:18) n’existe plus (cf. Josué 10:13).

« Comment les puissants sont tombés » est le refrain clé du chant ( 2 Samuel 1:19 ; 2 Samuel 1:25 ; 2 Samuel 1:27). Il forme une inclusio qui encadre l’ensemble du poème et apparaît au milieu. Les strophes perdent progressivement de leur force au fur et à mesure que s’estompe la peine qu’elles expriment. La complainte fait l’éloge des héros tombés, pleure leur mort et loue leur bravoure, leur amour inséparable et les vertus de Saül (2 Samuel 1:19-24). Elle expose ensuite l’amitié entre David et Jonathan ( 2 Samuel 1:25-26) et se termine par un dernier soupir de chagrin ( 2 Samuel 1:27).

Jonathan était resté fidèle à Saül en tant que père et oint du Seigneur, même si Saül avait de nombreux défauts. La référence à « ta beauté » ou « ta gloire » ( 2 Samuel 1:19) peut être une référence à Jonathan (cf. 1 Samuel 14:4-5 ; 1 Samuel 14:10 ; 1 Samuel 14:12-13). Un auteur a estimé que le mot hébreu hassebi, traduit par « ta gloire » ou « ta beauté », devrait être « la gazelle », et qu’il s’agissait d’un surnom pour Jonathan. Gath et Ashkelon ( 2 Samuel 1:20) étaient respectivement les villes les plus à l’est et les plus à l’ouest de la Philistie et représentent donc probablement la totalité de cette nation. Les mots hébreux traduits par « bien-aimé » ou « aimé », et « agréable » ou « gracieux » ( 2 Samuel 1:23), font respectivement référence à l’attrait physique et à la dévotion fondamentale. Ils apparaissent à nouveau ensemble dans 2 Samuel 1:26 mais dans l’ordre inverse où nous lisons « amour » et « agréable » ou « cher »

« Pris ensemble, les deux mots articulent un lien particulier et précieux avec David. »

Le règne de Saül avait été bon pour Israël sur le plan économique. Il avait été source d’une certaine bénédiction parce qu’il était l’oint de Dieu, même s’il avait aussi causé des peines ( 2 Samuel 1:24 ; cf. 1 Samuel 14:47).

« Le traitement séparé de Jonathan dans une fausse coda montre subtilement la préférence de David pour lui . »

David considérait l « amour de Jonathan meilleur que celui des femmes ( 2 Samuel 1:26). Le mot hébreu traduit ici par « amour » apparaît comme « amitié » dans le psaume 109, 4-5 (VNI). David ne faisait pas allusion à un type d’amour pervers qu’il partageait avec Jonathan, mais à une alliance et à une loyauté politique. Un auteur a soutenu que l’amour de Jonathan pour David équivalait à une relation homosexuelle. David voulait probablement dire que Jonathan et lui jouissaient d’une unité que la plupart des couples mariés ne connaissent pas, en raison de leur engagement profond et solide envers Yahvé et l’un envers l’autre. Les « armes de guerre » qui avaient péri ( 2 Samuel 1:27) peuvent faire référence aux soldats israélites qui avaient péri dans la bataille. Elles désignent probablement Saül et Jonathan de manière métaphorique (cf. la référence métaphorique à Jonathan en 2 Samuel 1:19).

Même lorsque Saül est mort, David a agi correctement envers l « oint du Seigneur. Cela montre sa considération pour la direction de Yahvé sur Israël. Jonathan aurait normalement succédé à Saül sur le trône, mais il était mort lui aussi. Bien que David ait vu dans la mort de ces hommes la levée des obstacles à son couronnement, il ne s « est pas réjoui. La complainte funéraire de David sur la mort de Saül rappelle la complainte de Jésus sur la mort de Jérusalem ( Matthieu 23, 37-39).

Dans le récit de Saül et David qui vient de s’achever ( 1 Samuel 16 – 2 Samuel 1), l’importance de l’oint a fait surface à plusieurs reprises. Pour être juste devant Dieu et bénéficier de sa bénédiction, il fallait répondre correctement à son oint. Ceci est toujours vrai, surtout en ce qui concerne l’oint de Dieu, Jésus-Christ. En tant qu’oint de Yahvé, David devait conduire Israël dans ses batailles. David a commencé à le faire avec les outils d « un berger plutôt qu « avec ceux d « un guerrier, montrant ainsi qu « il serait un chef idéal. Il a dirigé comme un berger. Beaucoup en Israël, même la famille royale de Saül, ainsi que beaucoup en dehors de la nation (parmi les Philistins, les Amalécites, etc.), reconnaissent que Dieu apporte la bénédiction à Israël à travers David. Comme l’arche, David est parti en exil en Philistie, mais les Philistins l’ont renvoyé parce qu’il représentait une plus grande menace qu’une aide. Cela montre que Dieu avait été avec David comme il l’avait été avec l’arche.

Le conflit majeur entre Saül et David dans1Samuel16 à2Samuel1contient huit sous-conflits : L « Esprit de Dieu a quitté Saül et est venu sur David lors de son onction (ch16). Goliath et Saül sont en conflit avec David (1 Samuel 17:1 à 1 Samuel 18:5). Saül est en conflit avec David et la maison de Saül (1 Samuel 18:6 à 1 Samuel 20:42). Saül et Doeg sont en conflit avec David et les prêtres d’Israël (ch. 21-22). Saül entre en conflit avec David dans le désert (ch. 23-26). Saül et ses héritiers entrent en conflit avec les Philistins (ch. 27-29). Les Amalécites entrent en conflit avec David (ch. 30). Enfin, Saül et Jonathan entrent en conflit avec les Philistins ( 1 Samuel 31 – 2 Samuel 1).

Le conflit fondamental entre Saül et David rappelle celui qui opposait Samuel aux fils d’Eli. Saül était l’incarnation de ce qu’Israël voulait chez un roi. David, quant à lui, était le plus jeune fils de sa famille, un berger, et même une surprise pour Samuel comme choix de Dieu. David est devenu ce que l’arche avait été plus tôt dans le premier Samuel : la source de bénédiction pour les pieux et d’ennuis pour les impies. Il était en grande partie l’accomplissement du désir d’Anne d’avoir un oint ( 1 Samuel 2:10).

Samuel ( 1 Samuel 7) et David ( 1 Samuel 17:1 à 1 Samuel 18:5) ont tous deux vaincu les Philistins qui n « avaient aucune considération pour Yahvé, même s « ils reconnaissaient sa puissance. En revanche, Saül n’a jamais pu le faire, sauf avec l’aide de Jonathan. Seuls ceux qui sont profondément attachés à Yahvé peuvent vaincre ses ennemis (cf. Marc 9,14-29).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.