Le comportement corrosif d’un acier inoxydable austénitique (UNS S30400) a été caractérisé dans un essai de 10 000 h réalisé dans l’eau hydrogénée et ammoniacale à 260 °C. La cinétique de corrosion a été observée comme étant parabolique, la constante de vitesse parabolique étant déterminée par décalaminage chimique à 1,16 mg dm-2 h-1/2. La spectroscopie photoélectronique à rayons X, combinée au broyage ionique à l’argon et à l’analyse du facteur de ciblage, a été appliquée pour fournir une estimation indépendante de la constante de vitesse qui concorde avec le résultat gravimétrique. En se basant sur la distribution des trois constituants d’alliage oxydés (Fe, Cr, Ni) par rapport à la profondeur et à l’état élémentaire, il a été constaté que : (a) la corrosion se produit de manière non sélective, et (b) le film de corrosion se compose de deux couches d’oxyde de spinelle – une couche externe à base de ferrite (Ni0.2Fe0.8)(Fe0.95Cr0.05)2O4 au-dessus d’une couche interne à base de chromite (Ni0.2Fe0.8)(Cr0.7Fe0.3)2O4. Ces compositions concordent étroitement avec les phases solvi créées par l’immiscibilité dans le binaire Fe3O4-FeCr2O4, ce qui implique que l’immiscibilité joue un rôle important dans le processus de séparation de phases.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.