Oliver Cabell, une marque de chaussures indépendante basée aux États-Unis, a lancé une nouvelle ligne de chaussures fabriquées par impression 3D. Intitulées « Phoenix », les baskets sont imprimées en 3D à partir de bouteilles d’eau recyclées, et vous coûteront 95 dollars.

L’approche durable a été adoptée par Oliver Cabell en réponse à la crise environnementale omniprésente causée par la pollution plastique. Lors de la création des baskets Phoenix, l’entreprise décrit comment elle s’est « lancée avec l’objectif de transformer le plastique recyclé en une basket légère et aérée. » Le résultat est une basket simple, au design modeste, qui arrive à une fraction du prix de nombreuses autres chaussures imprimées en 3D sur le marché.

La chaussure Phoenix imprimée en 3D en noir. Photo via Oliver Cabell.
La chaussure Phoenix imprimée en 3D en noir. Photo via Oliver Cabell.

Des chaussures fabriquées de manière éthique grâce à l’impression 3D

Oliver Cabell a été fondée par Scott Gabrielson en 2016 après avoir quitté son emploi dans un organisme à but non lucratif de services financiers pour devenir entrepreneur. Il a déménagé en Angleterre pour lancer l’entreprise, sans aucune expérience préalable dans la mode, la vente au détail ou les start-ups. Cette fois, indique le site Web de l’entreprise, Gabrielson s’est appuyé sur sa « passion pour un design équilibré et des produits de qualité ».

La nouvelle ligne de baskets imprimées en 3D et fabriquées à partir de plastique recyclé reflète l’ambition de la marque de fournir des chaussures fabriquées à la main en utilisant une combinaison de techniques de fabrication anciennes et modernes, tout en restant éthique. Sur le site internet d’Oliver Cabell, on peut lire : « Nous fabriquons des baskets à la main en utilisant des techniques anciennes couplées aux dernières technologies. »

« Nos chaussures sont fabriquées à la main en utilisant les meilleures usines et les matériaux les plus éthiques du monde. »

Avec 300 millions de tonnes de plastique produites chaque année, seulement environ 9 à 10 % d’entre elles sont jamais recyclées. Visant à avoir un impact positif sur la planète, la basket Phoenix d’Oliver Cabell combat ce problème en réutilisant le plastique indissoluble qui, autrement, continuerait à polluer l’environnement.

La Oliver Cabell Phoenix

En variantes noire et blanche, chaque chaussure Phoenix présente une tige imprimée en 3D (partie au-dessus de la semelle intermédiaire) produite à partir de sept bouteilles d’eau en plastique recyclé. Le processus de fabrication des baskets commence par le lavage des bouteilles par l’entreprise, puis leur déchiquetage en petits flocons. Les flocons sont ensuite fondus et refroidis, puis pressés à travers une matrice pour former de « longs brins de fil », c’est-à-dire des filaments. Le fil est encore affiné et passe ensuite dans une imprimante 3D, où la tige Phoenix est produite.

Les autres éléments clés de la basket Phoenix comprennent une languette en microfibre, une semelle extérieure légère en EVA moulée par injection et une doublure antibactérienne pour tuer les odeurs. Combinées, ces propriétés créent une chaussure légère, lavable en machine et destinée à un usage quotidien.

La chaussure Phoenix imprimée en 3D en blanc. Photo via Oliver Cabell.
La chaussure Phoenix imprimée en 3D en blanc. Photo via Oliver Cabell.

Des baskets imprimées en 3D de grandes marques de chaussures

Le marché grand public des chaussures fabriquées par impression 3D continue de croître. Fin 2018, Reebok a ouvert une installation dédiée à la production de chaussures imprimées en 3D. Nike a également utilisé l’impression 3D pour le développement de sa basket de course Zoom VaporFly Elite Flyprint 3D. La très convoitée gamme de baskets ADIDAS 4D d’adidas, qui comporte des semelles intermédiaires imprimées en 3D et produites par Carbon, une entreprise de la Silicon Valley, a connu une expansion significative. Le géant allemand de la chaussure a mis en avant un flux continu de sorties ADIDAS 4D depuis la mise en vente de la première paire en 2018.

Récemment, la société de vêtements de sport New Balance, basée à Boston, est également entrée dans la mêlée, avec le lancement d’une nouvelle plateforme d’impression 3D permise par Formlabs, pour produire des composants de chaussures personnalisés et légers. Nommée TripleCell, la plateforme a été utilisée pour remanier les chaussures New Balance 990 Sport et FuelCell Echo.

Souscrivez à la newsletter 3D Printing Industry pour connaître les dernières nouvelles en matière de fabrication additive. Vous pouvez également rester connecté en nous suivant sur Twitter et en nous aimant sur Facebook.

Vous cherchez une carrière dans la fabrication additive ? Visitez 3D Printing Jobs pour une sélection de rôles dans l’industrie.

L’image vedette montre les chaussures Phoenix imprimées en 3D. Photo via Oliver Cabell.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.