L’une des choses les plus difficiles à lorsqu’il s’agit de l’histoire du baseball est de comparer les joueurs à travers différentes époques, car le jeu n’était tout simplement pas le même dans les années 1900 qu’aujourd’hui.

Bien que les statistiques avancées comme WAR, ERA+ et OPS+ ont aidé à mieux mettre en contexte l’accomplissement d’un joueur, cela reste un exercice difficile de comparer les joueurs à travers les générations.

Alors, pour changer de rythme, j’ai décidé de jeter un coup d’œil aux plus grands joueurs du jeu sur une base de décennie par décennie et de nommer mes 10 meilleurs joueurs de chaque décennie.

Pour chaque décennie, qui étaient les deux ou trois meilleurs joueurs est assez universellement accepté, mais quand il s’agissait de ces deux dernières places dans le top 10, il était incroyablement difficile de réduire les choses.

Cela étant dit, j’ai fait de mon mieux, alors voici qui sont, selon moi, les 10 meilleurs joueurs de chaque décennie des années 1900 aux années 2000. Je me réjouis de ce qui devrait être un débat animé et sans doute passionné, alors laissez vos pensées dans la section des commentaires ci-dessous, et je défendrai mes sélections jusqu’à la mort.

Les 10 meilleurs joueurs des années 1900

1. SS Honus Wagner : (.352/.417/.508, 1,847 H, 51 HR, 956 RBI, 1,014 R)

2. SP Christy Mathewson : (236-112, 1.98 ERA, 1.035 WHIP, 1,799 K, 2,996.2 IP)

3. SP Cy Young : (230-146, 2.12 ERA, 1.000 WHIP, 1,565 K, 3,344 IP)

4. 2B Nap Lajoie : (.346/.388/.488, 1,660 H, 48 HR, 793 RBI, 806 R)

5. SP Rube Waddell : (183-139, 2.11 ERA, 1.099 WHIP, 2,251 K, 2,835.1 IP)

6. SP Eddie Plank : (186-121, 2.42 ERA, 1.110 WHIP, 1,342 K, 2,666 IP)

7. OF Sam Crawford : (.307/.355/.447, 1,677 H, 57 HR, 808 RBI, 813 R)

8. SP Addie Joss : (155-92, 1,87 ÈRE, 0,963 WHIP, 871 K, 2 219,2 IP)

9. SP Mordecai Brown : (144-65, 1,63 ÈRE, 0,984 WHIP, 799 K, 1 827,2 IP)

10. OF Fred Clarke : (.301/.380/.417, 1 396 H, 26 HR, 510 RBI, 885 R)

Vue d’ensemble de la décennie

Encore à l’ère de la balle morte, les années 1900 ont été une décennie dominée par les lanceurs, avec deux des meilleurs de tous les temps, Christy Mathewson et Cy Young, affichant tous deux des chiffres phénoménaux.

Cela dit, le joueur de la décennie doit être « The Flying Dutchman », Honus Wagner. Le choix consensuel pour le plus grand arrêt-court de tous les temps, Wagner a remporté sept titres de frappeur au cours de la décennie et a ajouté 487 vols aux chiffres élevés que vous voyez ci-dessus.

Le pouvoir des vedettes de cette époque a quelque peu fait défaut, il n’y a donc pas eu trop d’omissions notables, mais le célèbre trio des Cubs, Joe Tinker, Johnny Evers et Frank Chance, mérite d’être mentionné, ainsi que le droitier du Hall of Fame Jack Chesbro.

1910s

Top 10 Players of the 1910s

1. OF Ty Cobb : (.387/.457/.541, 1,948 H, 47 HR, 828 RBI, 1,051 R)

2. SP Walter Johnson : (265-143, 1.59 ERA, 0.953 WHIP, 2,219 K, 3,427.2 IP)

3. OF Tris Speaker : (.344/.428/.485, 1,821 H, 38 HR, 718 RBI, 967 R)

4. SP Pete Alexander : (208-100, 2.09 ERA, 1.052 WHIP, 1,539 K, 2,753 IP)

5. OF Shoeless Joe Jackson : (.354/.422/.511, 1,548 H, 42 HR, 658 RBI, 765 R)

6. 2B Eddie Collins : (.326/.424/.420, 1,682 H, 21 HR, 682 RBI, 991 R)

7. SP/OF Babe Ruth : (89-46, 2.19 ERA….308/.413/.568, 49 HR)

8. SP/OF Smoky Joe Wood : (105-49, 1,97 ERA….271/.342/.383, 286 H)

9. 3B Home Run Baker : (.310/.368/.442, 1,502 H, 76 HR, 793 RBI, 733 R)

10. SP Eddie Cicotte : (162-120, 2,29 ERA, 1,134 WHIP, 1 104 K, 2 535 IP)

Vue d’ensemble de la décennie

La fin des années 1910 marque la fin de l’ère des balles mortes, alors que Babe Ruth inaugure un boom offensif avec un record de 29 home runs pour les Red Sox en 1919, sa dernière année à Boston.

Avant que Ruth ne s’empare de la couronne de la plus grande star du jeu, cependant, la décennie a appartenu au voltigeur central des Tigers, Ty Cobb. Il a remporté le titre de frappeur dans toutes les saisons de la décennie sauf une et n’a jamais frappé moins de .368, y compris une marque de .420 en 1911.

Du côté des lanceurs, deux des bras les plus prolifiques de tous les temps, Walter Johnson et Pete Alexander, ont dominé le reste du terrain. Cependant, ce sont les lanceurs devenus voltigeurs Ruth et Smoky Joe Wood qui ont peut-être été les plus grandes vedettes de la décennie, du moins à un moment ou à un autre.

Les lanceurs Hippo Vaughn et Babe Adams ont été les omissions les plus difficiles ici, tandis que les vedettes vieillissantes Eddie Plank et Honus Wagner ont également reçu une certaine considération.

Années 1920

Les 10 meilleurs joueurs des années 1920

1. OF Babe Ruth : (.355/.488/.740, 1,734 H, 467 HR, 1,335 RBI, 1,365 R)

2. 2B Rogers Hornsby : (.382/.460/.637, 2,085 H, 250 HR, 1,153 RBI, 1,195 R)

3. OF Harry Heilmann : (.364/.433/.558, 1,924 H, 142 HR, 1,131 RBI, 962 R)

4. 1B Lou Gehrig : (.335/.436/.622, 919 H, 146 HR, 637 RBI, 631 R)

5. 2B Frankie Frisch : (.326/.377/.456, 1,808 H, 77 HR, 738 RBI, 992 R)

6. OF Sam Rice : (.325/.374/.437, 2 010 H, 26 HR, 723 RBI, 1 001 R)

7. OF Tris Speaker : (.354/.441/.534, 1,496 H, 72 HR, 724 RBI, 830 R)

8. 1B George Sisler : (.347/.384/.484, 1,900 H, 78 HR, 827 RBI, 894 R)

9. SP Dazzy Vance : (147-90, 3.10 ERA, 1.205 WHIP, 1,464 K, 2,053.2 IP)

10. SS Joe Sewell : (.322/.399/.429, 1 698 H, 30 HR, 820 RBI, 813 R)

Vue d’ensemble de la décennie

Le visage du baseball dans les années 1920, Babe Ruth a vraiment contribué à faire accéder ce sport à la notoriété nationale. Sa production était inégalée à l’époque, et ses 467 home runs au cours de la décennie sont le plus grand nombre de coups de circuit que quelqu’un ait jamais frappé en une seule décennie.

Rogers Hornsby a remporté sept titres de frappeur au cours de la décennie, dont quatre saisons au cours desquelles il a frappé plus de .400, et il l’a fait tout en affichant une puissance impressionnante également, en menant la ligue dans les home runs deux fois et les RBI quatre fois.

Avec Lou Gehrig qui n’a pas pris la relève en tant que starter à plein temps avant 1925, il glisse vers le bas de la liste derrière l’un des joueurs les plus sous-estimés de l’époque en Harry Heilmann. Le voltigeur des Tigers a remporté quatre titres au bâton, frappant plus de .390 à chaque fois.

La décennie a été aussi mince que les autres en ce qui concerne les stars du lancer, bien qu’Eppa Rixey, Red Faber, Herb Pennock, Dolf Loque et un Pete Alexander vieillissant aient tous été considérés. Sur le plan offensif, les voltigeurs Ken Williams et Goose Goslin ont tous deux présenté des chiffres impressionnants, et Al Simmons a été une bête absolue pendant quelques années.

Années 30

Les 10 meilleurs joueurs des années 30

1. 1B Jimmie Foxx : (.336/.440/.652, 1,845 H, 415 HR, 1,403 RBI, 1,244 R)

2. 1B Lou Gehrig : (.343/.453/.638, 1,802 H, 347 HR, 1,358 RBI, 1,257 R)

3. SP Lefty Grove : (199-76, 2.91 ERA, 1.243 WHIP, 1,313 K, 2,399 IP)

4. OF Mel Ott : (.313/.420/.560, 1,673 H, 308 HR, 1,135 RBI, 1,095 R)

5. 2B Charlie Gehringer : (.331/.414/.507, 1,865 H, 146 HR, 1,003 RBI, 1,179 R)

6. 1B Hank Greenberg : (.323/.415/.617, 1,086 H, 206 HR, 853 RBI, 701 R)

7. SP Carl Hubbell : (188-104, 2.71 ERA, 1.118 WHIP, 1,281 K, 2,596.2 IP)

8. C Bill Dickey : (.320/.389/.513, 1,431 H, 168 HR, 937 RBI, 722 R)

9. SP Dizzy Dean : (147-80, 2.96 ERA, 1.193 WHIP, 1,144 K, 1,908.1 IP)

10. SS Arky Vaughan : (.329/.420/.476, 1,413 H, 71 HR, 631 RBI, 754 R)

Vue d’ensemble de la décennie

Alors que Babe Ruth affichait encore des chiffres impressionnants au début de la décennie et que Lou Gehrig était à nouveau formidable, cette décennie appartenait à Jimmie Foxx. Le cogneur a remporté trois prix MVP et a remporté la Triple Couronne en 1933, alors qu’il a réalisé certaines des saisons offensives les plus dominantes et les plus complètes de l’histoire du baseball.

S’il avait joué 10 saisons complètes au cours de la décennie, au lieu des six qu’il a faites, Hank Greenberg aurait probablement donné à Foxx une course pour son argent au sommet, tandis que la même chose peut être dite pour Dizzy Dean du côté des lanceurs, car il a mis la majeure partie de ses chiffres impressionnants dans une période de six ans aussi.

Lefty Grove remporte les honneurs du meilleur lanceur ici et se classe comme l’un des plus grands gauchers à jamais jouer le jeu. Carl Hubbell, célèbre pour avoir retiré cinq futurs Hall of Famers d’affilée lors du match des étoiles de 1934, n’était pas trop mal non plus pendant la saison régulière.

Le voltigeur des Phillies Chuck Klein, qui a remporté le titre de joueur le plus utile de la LN en 1932 et la Triple Couronne la saison suivante, est l’omission la plus difficile ici. Joe Cronin, Paul Waner, Red Ruffing, Mel Harder et Wes Ferrell ont également été sérieusement considérés.

Années 1940

Les 10 meilleurs joueurs des années 1940

1. OF Ted Williams : (.356/.496/.647, 1 303 H, 234 HR, 893 RBI, 951 R)

2. OF Stan Musial : (.346/.428/.578, 1,432 H, 146 HR, 706 RBI, 815 R)

3. OF Joe DiMaggio : (.325/.404/.568, 1,156 H, 180 HR, 786 RBI, 684 R)

4. SP Hal Newhouser : (170-118, 2.84 ERA, 1.302 WHIP, 1,579 K, 2,453.1 IP)

5. SP Bob Feller : (137-82, 2.90 ERA, 1.247 WHIP, 1,396 K, 1,897 IP)

6. SS Lou Boudreau : (.300/.385/.422, 1,578 H, 62 HR, 692 RBI, 758 R)

7. 1B Johnny Mize : (.304/.394/.561, 1 071 H, 217 HR, 744 RBI, 655 R)

8. 2B Joe Gordon : (.270/.358/.459, 1,165 H, 181 HR, 710 RBI, 680 R)

9. SP Dutch Leonard : (122-123, 3.14 ERA, 1.246 WHIP, 779 K, 2,047.1 IP)

10. 2B Bobby Doerr : (.286/.361/.468, 1 407 H, 164 HR, 887 RBI, 764 R)

Vue d’ensemble de la décennie

Les années 1940 ont été une décennie difficile à évaluer du point de vue de la production, car la plupart des joueurs ont perdu au moins quelques saisons en servant dans la Seconde Guerre mondiale. Au sommet de cette liste se trouve Ted Williams, qui a perdu trois saisons dans la fleur de l’âge de sa carrière, mais qui a quand même réussi à terminer comme étant sans doute le plus grand frappeur pur à avoir jamais joué.

Ses collègues voltigeurs Stan Musial et Joe DiMaggio ont également fait de la prison, même si DiMaggio était encore là en 1941 lorsqu’il a enregistré sa série de 56 matchs consécutifs.

Le lanceur de flammes Bob Feller a lancé deux no-hitters au cours de la décennie et était probablement le bras le plus dominant de la décennie. Cependant, Hal Newhouser a présenté les meilleurs chiffres et a réussi à remporter deux fois de suite le titre de joueur le plus utile en 1944 et 1945.

Pour ce qui est des désistements, le shortstop Luke Appling des White Sox et le lanceur Dizzy Trout des Tigers ont été les premiers à être éliminés de chaque côté de la balle.

1950s

Les 10 meilleurs joueurs des années 1950

1. OF Mickey Mantle : (.311/.425/.569, 1 392 H, 280 HR, 841 RBI, 994 R)

2. 1B Stan Musial : (.330/.421/.568, 1,771 H, 266 HR, 972 RBI, 948 R)

3. OF Willie Mays : (.317/.391/.SP Warren Spahn : (202-131, 2,92 ERA, 1,180 WHIP, 1,464 K, 2,822.2 IP)

5. C Yogi Berra : (.287/.356/.490, 1,499 H, 256 HR, 997 RBI, 848 R)

6. OF Duke Snider : (.308/.390/.569, 1,605 H, 326 HR, 1,031 RBI, 970 R)

7. SP Robin Roberts : (199-149, 3.32 ERA, 1.129 WHIP, 1,516 K, 3,011.2 IP)

8. 3B Eddie Mathews : (.281/.383/.548, 1,221 H, 299 HR, 777 RBI, 821 R)

9. C Roy Campanella : (.276/.358/.507, 964 H, 211 HR, 729 RBI, 530 R)

10. SP Early Wynn : (188-119, 3,28 ERA, 1,267 WHIP, 1 544 K, 2 562 IP)

Vue d’ensemble de la décennie

Dans une décennie dominée par la rivalité entre les Yankees et les Dodgers, il n’est pas surprenant que Mickey Mantle prenne la première place ici, car il est l’un des joueurs polyvalents les plus dynamiques que le jeu ait jamais vu.

Stan Musial et Willie Mays ont tous deux affiché des chiffres fantastiques tout au long de leur carrière, mais si l’on ne considère que cette décennie, ils n’arrivent pas à la cheville de Mantle.

Il y avait également une bonne profondeur de lanceurs, avec l’un des peut-être trois plus grands gauchers de tous les temps en Warren Spahn en tête. Billy Pierce et Bob Lemon ont été deux omissions difficiles, mais Robin Roberts et Early Wynn ont sans doute eu les meilleurs chiffres.

Jackie Robinson était aussi difficile que quiconque dans tout cet article à laisser de côté, mais avec seulement sept saisons jouées dans la décennie et sa carrière vraiment divisée entre deux décennies, il n’a tout simplement pas empilé au reste des gars ici. La star des Cubs, Ernie Banks, et l’as des Yankees, Whitey For, ont eu le même problème, car ils ont également divisé leurs primes sur deux décennies.

Années 1960

Premiers 10 joueurs des années 1960

1. OF Hank Aaron : (.308/.376/.565, 1,819 H, 375 HR, 1,107 RBI, 1,091 R)

2. SP Sandy Koufax : (137-60, 2.36 ERA, 1.005 WHIP, 1,910 K, 1,807.2 IP)

3. OF Frank Robinson : (.304/.402/.560, 1,603 H, 316 HR, 1,011 RBI, 1,013 R)

4. SP Bob Gibson : (164-105, 2.74 ERA, 1.147 WHIP, 2,071 K, 2,447 IP)

5. OF Willie Mays : (.300/.377/.559, 1,635 H, 350 HR, 1,003 RBI, 1,050 R)

6. SP Juan Marichal : (191-88, 2.57 ERA, 1.045 WHIP, 1,840 K, 2,549.2 IP)

7. OF Roberto Clemente : (.328/.375/.501, 1,877 H, 177 HR, 862 RBI, 916 R)

8. SP Don Drysdale : (158-126, 2.83 ERA, 1.118 WHIP, 1,910 K, 2,629.2 IP)

9. 1B Harmon Killebrew : (.267/.387/.546, 1,331 H, 393 HR, 1,013 RBI, 864 R)

10. 3B Brooks Robinson : (.278/.329/.434, 1 692 H, 186 HR, 836 RBI, 787 R)

Vue d’ensemble des décennies

Si le fait de ne pas jouer une décennie entière a généralement nui aux joueurs dans cet exercice, il est tout simplement impossible de nier à quel point Sandy Koufax était dominant, ne serait-ce que pendant une courte période. Sa performance de 1963 à 1966 est la plus grande étendue pour un lanceur de tous les temps, car il a fait 97-27 avec une ERA de 1,86 (172 ERA+) au cours de cette période.

Bien que cela ait été, il n’a toujours pas éliminé Hammerin’ Hank Aaron de la première place dans une décennie qui a vu les primes de quatre frappeurs de 500 coups de circuit en Aaron, Frank Robinson, Willie Mays et Harmon Killebrew.

Dominante comme Koufax, la saison 1968 de Bob Gibson passe pour être peut-être la plus grande de tous les temps, car il a fait 22-9 avec une ERA de 1,12, ce qui a incité les monticules à être abaissés. Juan Marichal et Don Drysdale ont été phénoménaux dans leur propre droit, bien que sans doute éclipsés un peu par Koufax et Gibson.

C’est la décennie où il est vraiment devenu plus difficile de réduire la liste à seulement 10 gars, car Carl Yastrzemski, Willie McCovey, Al Kaline, Billy Williams, Ron Santo, Norm Cash et Jim Bunning étaient tous des candidats dignes de ce nom.

1970s

Top 10 Players of the 1970s

1. C Johnny Bench : (.267/.349/.491, 1,396 H, 290 HR, 1,013 RBI, 792 R)

2. SP Tom Seaver : (178-101, 2.61 ERA, 1.073 WHIP, 2,304 K, 2,652.1 IP)

3. 2B Joe Morgan : (.282/.404/.455, 1,451 H, 173 HR, 720 RBI, 1,005 R)

4. 3B Pete Rose : (.314/.389/.430, 2,045 H, 79 HR, 580 RBI, 1,068 R)

5. OF Reggie Jackson : (.275/.363/.508, 1,410 H, 292 HR, 922 RBI, 833 R)

6. SP Jim Palmer : (186-103, 2,58 ERA, 1,142 WHIP, 1,559 K, 2,745 IP)

7. SP Gaylord Perry : (184-133, 2,92 ERA, 1,142 WHIP, 1,907 K, 2,905 IP)

8. SP Steve Carlton : (178-126, 3.18 ERA, 1.228 WHIP, 2,097 K, 2,747 IP)

9. 2B Rod Carew : (.343/.408/.454, 1,787 H, 60 HR, 628 RBI, 837 R)

10. 1B Willie Stargell : (.287/.374/.555, 1 261 H, 296 HR, 906 RBI, 719 R)

Vue d’ensemble de la décennie

Les années 1970 n’ont pas eu le meilleur joueur runaway comme la plupart des décennies, et vous pouvez faire un cas pour Tom Seaver ou Joe Morgan pour la première place ici, mais je suis allé avec le plus grand receveur de tous les temps et la force motrice au milieu de la Big Red Machine dans Johnny Bench.

C’était vraiment l’âge d’or des lanceurs, et bien qu’il y ait eu un certain nombre de grands bras, il est clair que Seaver était un cran au-dessus du reste du peloton.

Au-delà des quatre bras que j’ai choisis, Nolan Ryan, Fergie Jenkins, Bert Blyleven, Phil Niekro, Catfish Hunter, Vida Blue, Rollie Fingers et Goose Gossage ont tous connu des décennies fantastiques.

Du côté offensif, la formidable moyenne de Rod Carew et la puissance et les capacités de leadership de Willie Stargell ont devancé les Lou Brock, Tony Perez, Graig Nettles, Jim Rice et un jeune Mike Schmidt.

1980s

Les 10 meilleurs joueurs des années 1980

1. 3B Mike Schmidt : (.277/.385/.540, 1 287 H, 313 HR, 929 RBI, 832 R)

2. OF Rickey Henderson : (.291/.403/.436, 1,507 H, 137 HR, 535 RBI, 1,122 R)

3. 3B George Brett : (.311/.392/.521, 1,446 H, 193 HR, 851 RBI, 768 R)

4. 1B Eddie Murray : (.293/.374/.497, 1,642 H, 274 HR, 996 RBI, 858 R)

5. SP Nolan Ryan : (122-104, 3.14 ERA, 1.192 WHIP, 2,167 K, 2,094 IP)

6. 3B Wade Boggs : (.352/.443/.480, 1,597 H, 64 HR, 522 RBI, 823 R)

7. OF Dave Winfield : (.289/.358/.492, 1,441 H, 223 HR, 899 RBI, 804 R)

8. SP Jack Morris : (162-119, 3.66 ERA, 1.256 WHIP, 1,629 K, 2,443.2 IP)

9. OF Dale Murphy : (.273/.361/.491, 1,553 H, 308 HR, 929 RBI, 938 R)

10. SP Dave Stieb : (140-109, 3,32 ERA, 1,221 WHIP, 1 380 K, 2 328,2 IP)

Vue d’ensemble de la décennie

Les années 1980 ont été relativement minces en lanceurs partants haut de gamme et quelque peu dépourvues de frappeurs prolifiques, mais il y avait un certain nombre de futurs Hall of Famers sur le côté offensif des choses néanmoins.

Mike Schmidt et George Brett, peut-être les deux plus grands joueurs de troisième base de tous les temps, ont ouvert la voie aux côtés du rapide Rickey Henderson qui a glissé 838 bases au cours de la décennie.

Un trio de shortstops en Robin Yount, Alan Trammel et un jeune Cal Ripken étaient difficiles à laisser de la liste, tout comme trois anciens Expos en Andre Dawson, Tim Raines et Gary Carter.

Les lanceurs Dwight Gooden et Roger Clemens ont terminé la décennie comme les bras les plus dominants du baseball, mais les deux ont commencé leur carrière en 1984 et n’ont pas eu les chiffres globaux pour faire la coupe ici.

1990s

Les 10 meilleurs joueurs des années 1990

1. OF Ken Griffey Jr : (.302/.384/.581, 1,622 H, 382 HR, 1,091 RBI, 1,002 R)

2. SP Greg Maddux : (176-88, 2.54 ERA, 1.055 WHIP, 1,764 K, 2,394.2 IP)

3. 1B Frank Thomas : (.320/.440/.573, 1,564 H, 301 HR, 1,040 RBI, 968 R)

4. OF Barry Bonds : (.302/.434/.602, 1,478 H, 361 HR, 1,076 RBI, 1,091 R)

5. SP Roger Clemens : (152-89, 3.02 ERA, 1.176 WHIP, 2,101 K, 2,177.2 IP)

6. SP Randy Johnson : (150-75, 3.14 ERA, 1.197 WHIP, 2,538 K, 2,063.1 IP)

7. C Mike Piazza : (.328/.391/.575, 1,200 H, 240 HR, 768 RBI, 611 R)

8. 1B Jeff Bagwell : (.304/.416/.545, 1,447 H, 263 HR, 961 RBI, 921 R)

9. SP Tom Glavine : (164-87, 3.21 ERA, 1.286 WHIP, 1,465 K, 2,228 IP)

10. 1B Mark McGwire : (.268/.411/.615, 1 071 H, 405 HR, 956 RBI, 791 R)

Vue d’ensemble de la décennie

Le début de l’ère des stéroïdes a donné lieu à des décisions difficiles, car les utilisateurs de PED étaient une énorme partie du jeu pendant la décennie. Cependant, les deux meilleurs frappeurs du jeu ont maintenu une piste propre jusqu’à ce point dans Ken Griffey Jr. et Frank Thomas.

Sandwiched entre eux est Greg Maddux, qui a remporté quatre prix Cy Young consécutifs au cours de la décennie et descend comme l’un des meilleurs de tous les temps. Sa saison 1995 est aussi dominante que toutes celles que nous avons vues au cours des 20 dernières années, car il a fait 19-2 avec une ERA de 1,63 et 10 parties complètes.

Le reste du groupe ici a été difficile à réduire, et bien qu’il soit un utilisateur connu de PED, Mark McGwire et sa saison de 70 home run en 1998 valaient quand même une place au fond. Il a devancé Tony Gwynn, Roberto Alomar, Rafael Palmeiro, Barry Larkin, Craig Biggio, Albert Belle et bien d’autres.

Les lanceurs, le trio Maddux, Roger Clemens et Randy Johnson étaient clairement au-dessus du lot, et le coéquipier de Maddux, Tom Glavine, se faufile devant un autre bras des Braves, John Smoltz. Sont également pris en considération Kevin Brown, David Cone, Mike Mussina et Pedro Martinez qui ont terminé la décennie de façon dominante.

Années 2000

Les 10 meilleurs joueurs des années 2000

1. 1B Albert Pujols : (.334/.427/.628, 1,717 H, 366 HR, 1,112 RBI, 1,071 R)

2. OF Barry Bonds : (.322/.517/.724, 925 H, 317 HR, 697 RBI, 772 R)

3. SS Alex Rodriguez : (.304/.401/.587, 1,740 H, 435 HR, 1,243 RBI, 1,190 R)

4. SS Derek Jeter : (.317/.387/.456, 1,940 H, 161 HR, 727 RBI, 1,088 R)

5. RP Mariano Rivera : (397 SV, 2.08 ERA, 0.960 WHIP, 669 K, 713.1 IP)

6. OF Ichiro Suzuki : (.333/.378/.434, 2,030 H, 84 HR, 515 RBI, 973 R)

7. SP Randy Johnson : (143-78, 3.34 ERA, 1.114 WHIP, 2,182 K, 1,885.1 IP)

8. SP Roy Halladay : (139-69, 3.40 ERA, 1.171 WHIP, 1,400 K, 1,883.1 IP)

9. SP Johan Santana : (122-60, 3.12 ERA, 1.113 WHIP, 1,733 K, 1,709.2 IP)

10. OF Vladimir Guerrero : (.323/.392/.569, 1,751 H, 315 HR, 1,037 RBI, 929 R)

Vue d’ensemble de la décennie

Les années 2000 ont peut-être été la décennie la plus difficile de toutes à clouer un top 10, et cela est largement dû à la question de savoir où classer les utilisateurs de PED.

Albert Pujols est haut la main le choix pour la première place ici, mais après lui est une paire de gars qui auront sans doute du mal à entrer dans le Hall of Fame et sont devenus des figures polarisantes dans le sport dans Barry Bonds et Alex Rodriguez.

J’ai été surpris de voir combien peu de lanceurs ont été vraiment dominants au cours de la décennie entière, et même Randy Johnson (âge) et Johan Santana (blessures) n’ont pas mis en place une décennie complète. Les quatre bras que j’ai choisis ont battu Curt Schilling, Andy Pettitte, CC Sabathia, Barry Zito, Trevor Hoffman et Roy Oswalt, parmi beaucoup d’autres.

Du côté offensif, les cinq premiers gars étaient des évidences, la dernière place revenant essentiellement à Vladimir Guerrero et Manny Ramirez. Chipper Jones, Carlos Beltran, Todd Helton, Scott Rolen et Jim Edmonds ont également été sérieusement pris en considération.

Les joueurs de l’équipe de base-ball ont été les premiers à être choisis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.