Note : les images qui ont un symbole blanc en haut à droite, comme l’image Pneumothorax ci-dessous, indique une galerie d’images qui a plusieurs images – cliquez sur l’image pour ouvrir la galerie.

Pneumothorax

Un pneumothorax peut être vu comme une découverte isolée chez un nourrisson avec une détresse respiratoire, ou peut être associé à d’autres formes de maladies pulmonaires (en particulier RDS et MAS). Les constatations peuvent être subtiles avec juste des différences minimes de lucidité des champs pulmonaires.

Pneumothorax

Le pneumothorax chez un nourrisson ventilé peut être une urgence s’il est sous tension. Dans cette circonstance (comme le montre la première image à droite), un drainage urgent avant une radiographie est indiqué.
Les facteurs de risque de pneumothorax comprennent :

  • Ventilation assistée (y compris CPAP)

  • Syndrome de détresse respiratoire

  • Syndrome d’aspiration du méconium

  • Autres syndromes de fuite d’air (par ex.ex. emphysème interstitiel pulmonaire)

  • Hypoplasie pulmonaire

Cependant, jusqu’à 2% des nourrissons peuvent développer des pneumothorax spontanés à la naissance. On pense que ces derniers sont secondaires aux pressions élevées que les nourrissons peuvent générer eux-mêmes lorsqu’ils initient la respiration. De nombreux nourrissons présentent des symptômes minimes ou inexistants et la fuite d’air se résout spontanément avec le temps.

Pneumothorax bilatéraux à terme

L’administration d’oxygène à 100% aux nourrissons à terme (« lavage à l’azote ») résoudrait potentiellement le pneumothorax plus rapidement.

La théorie est que l’azote de l’air contenu dans l’espace pleural diffuse passivement à travers le poumon vers des alvéoles remplies d’oxygène à 100%. Cela favorise la résolution de la fuite d’air intrapleurale. On dit que si ce traitement est administré, le pneumothorax se résorbera en 48 heures au lieu des 2 jours qu’il faudra si on le laisse tranquille (…. pensez-y).

Ces images à droite proviennent d’un nourrisson né à terme par césarienne. Le bébé avait des difficultés respiratoires dès la naissance, mais aucune réanimation (c’est-à-dire la mise en poche) n’a été nécessaire, si ce n’est un peu d’oxygène au masque.

Une radiographie initiale a montré des pneumothorax bilatéraux (première image). Le contour du poumon droit est vu clairement. Le pneumothorax gauche est plus subtil. Le bébé a eu des drains thoraciques bilatéraux insérés et a nécessité une ventilation.
La deuxième radiographie montre des drains intercostaux bilatéraux. L’extrémité du drain gauche est pliée. Les champs pulmonaires ne sont pas bien gonflés malgré les pressions élevées des voies aériennes à ce moment-là. Ce bébé présente une hypoplasie pulmonaire significative.

Pneumothorax bilatéral de prématuré

Ces images sont celles d’un enfant prématuré né à 24 semaines dont les besoins en ventilation ont augmenté le deuxième jour de vie. La transillumination n’a pas permis de poser un diagnostic, peut-être parce qu’il n’y avait pas d’asymétrie due aux pneumothorax bilatéraux. Une radiographie pulmonaire a démontré un grand pneumothorax sous tension du côté droit, et une fuite d’air plus petite du côté gauche.

Des drains thoraciques ont été insérés et le bébé s’est amélioré cliniquement. Notez que le drain du côté droit a été inséré trop loin (note : chez les petits bébés, il est trop facile d’insérer les drains trop loin).
Chez un petit nourrisson comme celui-ci, une échographie de la tête devrait être effectuée pour déterminer si toute détérioration au moment des pneumothorax était associée à une hémorragie intraventriculaire.

Emphysème interstitiel pulmonaire

Emphysème interstitiel pulmonaire

L’emphysème interstitiel pulmonaire (EIP) est le plus souvent observé chez les petits nourrissons présentant un SDR important. Il existe des fuites d’air microscopiques, avec une trace d’air le long de l’interstitium du poumon. Le pneumothorax est une association courante, et la maladie pulmonaire chronique est également une séquelle fréquente.

L’aspect radiographique peut être décrit comme « sel et poivre ».
Si le PIE est localisé sur un côté, le nourrisson peut être allaité avec ce côté « en bas ». Occasionnellement, une intubation sélective du poumon non affecté peut être effectuée pour « reposer » le poumon affecté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.