Les lésions de l’œsophage induites par les médicaments sont une cause fréquente de plaintes œsophagiennes. L’oesophagite « induite par les pilules » est associée à l’ingestion de certains médicaments et représente de nombreux cas d’oesophagite érosive. À ce jour, plus de 70 médicaments ont été signalés comme pouvant induire des troubles œsophagiens. Les antibactériens tels que la doxycycline, la tétracycline et la clindamycine sont les agents incriminés dans plus de 50 % des cas. Parmi les autres médicaments couramment prescrits qui provoquent des lésions œsophagiennes, citons l’aspirine (acide acétylsalicylique), le chlorure de potassium, le sulfate ferreux, la quinidine, l’alprénolol et divers agents anti-inflammatoires stéroïdiens et non stéroïdiens. Cependant, de nombreux médecins et encore plus de patients ne sont pas conscients de ce problème. Le passage des gélules ou des comprimés dans l’œsophage est souvent retardé. Les enrobages très caustiques, les lésions directes des médicaments et la mauvaise clairance œsophagienne des pilules peuvent entraîner une inflammation aiguë. Les lésions œsophagiennes surviennent lorsque le contenu caustique d’un médicament reste dans l’œsophage suffisamment longtemps pour produire des lésions de la muqueuse. La prise de médicaments au coucher ou sans boire est une cause fréquente d’oesophagite. La possibilité de lésions liées aux médicaments doit être suspectée dans tous les cas d’œsophagite, de douleurs thoraciques et de dysphagie. L’histoire et l’endoscopie gastro-intestinale confirmeront le diagnostic. Le traitement est un traitement de soutien, bien que la réduction de l’acidité soit fréquemment utilisée comme adjuvant. Cette revue reflète l’état actuel des connaissances dans ce domaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.