La mesure DIBELS Nonsense Word Fluency (NWF) est un test standardisé, administré individuellement, du principe alphabétique comprenant la correspondance lettre-son dans laquelle les lettres représentent leurs sons les plus courants et de la capacité à mélanger les lettres dans des mots dans lesquels les lettres représentent leurs sons les plus courants (Kaminski & Good, 1996). On présente à l’élève une feuille de papier de 8,5 po x 11 po contenant des mots absurdes VC et CVC (p. ex., sig, rav, ov) classés au hasard et on lui demande de produire verbalement les sons des lettres individuelles de chaque mot ou de lire le mot entier. Par exemple, si le mot stimulus est « pov », l’élève peut dire /p/ /o/ /v/ ou dire le mot /pov/ pour obtenir un total de trois lettres-sons correctes. L’élève dispose d’une minute pour produire autant de sons de lettres que possible, et le score final est le nombre de sons de lettres produits correctement en une minute. Cette mesure étant basée sur la fluidité, les élèves devraient obtenir un score plus élevé s’ils recodent phonologiquement le mot, car ils produiront plus efficacement les sons des lettres, et un score plus faible s’ils produisent les sons des lettres de manière isolée. L’objectif de cette mesure est de s’assurer que les élèves sont capables de lire des mots inconnus en tant que mots entiers, et pas seulement de nommer les sons des lettres aussi vite que possible. La mesure NWF prend environ 2 minutes à administrer et comporte 20 formes alternatives pour le suivi des progrès.

Le NWF est administré de la maternelle à la 3e année. Voir le calendrier d’administration de DIBELS pour des informations complètes.

Pour des informations techniques sur la mesure NWF, voir nos rapports techniques et le National Center for Intensive Intervention.

Comment la mesure NWF est-elle liée aux Grandes idées en début de lecture ?

La mesure NWF est une mesure qui évalue les compétences du principe alphabétique. Le principe alphabétique (PA) est :

  1. la capacité à associer des sons aux lettres et à utiliser ces sons pour former des mots. Il est composé de deux parties :
    • La compréhension alphabétique : Les lettres représentent les sons dans les mots.
    • Recodage phonologique (mélange) : Les sons des lettres peuvent être mélangés entre eux et la connaissance des relations systématiques entre les lettres et les phonèmes (correspondance lettre-son) peut être utilisée pour lire/décoder les mots.
  2. une condition préalable à l’identification des mots.

Pour en savoir plus sur le principe alphabétique, visitez le site Web des grandes idées en lecture débutante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.